16
Mai
Crédit Camille Lavoie
Famille compte triple – La frontière des possibles
Famille compte triple – La frontière des possibles

Pour lire la chronique précédente de Famille compte triple: La valeur d’un souffle

 

Aussitôt l’opération terminée, on me transfère dans une pièce à côté. Mon corps ne ressent rien, ma tête ne sait plus quoi ressentir. Je reste là immobile, incrédule. Que vient-il de se passer? Sas post-opératoire. Étrange et salutaire tranquillité après ce moment d’intimité si publique.

On va m’attribuer une chambre au 5e étage mais avant, je dois attendre dans cette salle désordonnée avec les piles de documents, de médicaments, de pensées, pêle-mêle. Le papa appelle mes parents, puis les siens. L’amie Morphine m’empêche de tenir l’appareil. Je l’observe annoncer la nouvelle comme on écoute les sons inhabituels d’une langue étrangère : « Les triplés sont nés! »

Il y a de ces phrases qu’on n’imagine jamais entendre, parce qu’elles sont trop loin de nous, parce qu’elles n’ont aucune prise sur notre réalité. Il faut bien des assises pour avancer. Alors on plante certains pieux pour assurer une quelconque stabilité à notre parcours. Ce sont eux qui délimitent les contours de l’envisageable. Je savais que je ne remporterais jamais de médaille olympique, je savais que je ne serais jamais présidente des États-Unis, je savais que je ne visiterais jamais la Station spatiale internationale. Je pensais que je savais que je n’aurais qu’un seul enfant à la fois.

En fait, la possibilité d’avoir des triplés n’avait jamais traversé mon esprit. Je n’en avais jamais vus, jamais rencontrés. L’idée n’avait jamais eu à croiser la frontière de mes possibles. On connaît tous cette délimitation plus ou moins floue. Les Olympiques, la politique américaine ou l’aérospatiale, c’était des impossibilités conscientes. J’avais toujours connu l’existence de ces mondes parallèles et j’avais vite compris (ou décidé) que je n’en ferais pas partie.

Devenir mère de triplés, c’est apprendre l’existence d’un nouveau pays en même temps que d’y vivre.

Lire la suite …

Également sur Planète F
L’endométriose, et si on en parlait ? De nouvelles révélations laissent penser que la mort de Marilyn Monroe n’aurait rien à voir avec un suicide ou un assassinat sous l’ordre du FBI. L’ov...
Une Youtubeuse souhaite ouvrir le dialogue sur l’autisme   À 18 ans, Angélique Rivard a reçu un diagnostic en octobre 2015. Asperger. Dans les mois qui ont suivi, elle a réalisé qu’il manquait de docum...
La Norvège et les services de protection de l’enfance Comme la plupart des pays scandinaves, la Norvège est idéalisée par plusieurs comme étant un pays où il fait bon vivre. Pourtant, en analysant les pol...
Sugar Coated: Bibitte à sucre Ma grand-mère m’a toujours qualifiée de « bibitte à sucre », avec raison. Je suis une gourmande, et je m’assume. Je cuisine avec du beurre, je mange d...
La famille sous la loupe des scientifiques La famille québécoise se diversifie de plus en plus. Pourtant, chaque nouveau modèle familial est comparé à la famille « traditionnelle ». Le type de ...
Dans la cuisine des familles immigrantes Que mangent les familles immigrantes du Québec? Un nouveau guide détaille les habitudes alimentaires des communautés culturelles et vise à mieux outil...

À propos de Catherine Mathys

Catherine Mathys est journaliste indépendante, animatrice, conceptrice, chroniqueure et reporter depuis plus d’une dizaine d’années. En 2010, elle se distingue aux Grands Prix du journalisme indépendant dans la catégorie reportage audio/vidéo. Quand elle n’est pas en congé de maternité, on la retrouve à La Sphère à la première chaîne de Radio-Canada. Mère de triplés, elle signe la chronique Famille Compte Triple où l’on suit les joies et tribulations de son charmant trio.

Commentaires

Laisser un commentaire