28
Fév
Crédit Camille Lavoie
Famille compte triple – J., la benjamine de mes triplés
Famille compte triple – J., la benjamine de mes triplés

Pour lire la chronique précédente de Famille compte triple: H., le cadet de mes triplés

Mes trois enfants sont nés en trois minutes. N’allez pas penser qu’un accouchement de triplés est une épreuve interminable. Il faut, au contraire, se concentrer pour tenter de se souvenir de la naissance de chacun d’entre eux. On vous donne trois minutes pour vivre l’expérience la plus marquante de votre vie. Ne pas cligner des yeux.

Un puis deux, puis toi. Tu attendais ton tour, patiemment, depuis l’étage du haut de ce ventre-triplex. Ma petite battante, tes poumons étaient à peine formés et tu respirais déjà seule. Sept petits mois après ta conception. Un bonnet mauve posé sur ta petite tête à peine plus grosse que mon poing, les infirmières t’ont déposée dans le creux de mon bras. C’est comme ça qu’on a fait connaissance.

- Annonce -

J’ai souris pour la photo. Mécaniquement.Tu m’excuseras, j’étais un peu sous le choc. Moi, maman d’une petite fille. Par où commencer? J’ai tant de choses à te dire, à t’expliquer, tant de conseils et de mises en garde. Mais tu n’en as pas besoin. Pas tout de suite. Tu respires seule. La bataille de l’oxygène est gagnée. Et tu m’as serré le doigt avec ta minuscule main. Le reste paraît bien futile, pour le moment.

Tu as les yeux bleus comme le ciel, et comme personne d’autre dans la famille. Moi, maman d’une petite blonde aux yeux bleus. Le destin ne cessera jamais de m’étonner. C’est probablement une arrière-grand-mère qui a fait percoler son regard jusqu’à toi. Elle t’a aussi insufflé l’incroyable caractère de ces femmes qui portaient leur famille à bout de bras. Comment peut-on être à la fois si petite, et si forte?

Les années passent et tu m’impressionnes toujours autant. Tu rayonnes de confiance, d’assurance. Tu aimes organiser, diriger. Mais surtout, tu aimes les autres. Tu vas vers eux, tu leur montres ton nouveau chandail et la discussion s’emballe. C’est tout simple. Crois-le ou non, quand on vieillit, on ne sait plus trop comment s’y prendre pour se faire de nouveaux amis. Pas comme toi, en tous cas. Pour toi, la vie, comme ta naissance, se passe en groupe.

Élever une fille

Peut-être as-tu de la graine de monarque? Tu sais, ta maman doit son nom à La grande Catherine. Mais on dirait que c’est plutôt toi, l’impératrice de toutes les Russies. Vous partagez ces yeux bleus, et surtout, cette tête dure qui mène à tout. Ça me rassure. J’aurais aimé que le monde soit différent pour nous, les filles. Je pensais qu’on aurait été ailleurs au moment de ton arrivée. Mais non. La vérité, c’est que toi aussi, comme Catherine II et toutes les autres avant toi, tu devras te battre un peu plus que tes frères.

Les garçons naissent en sachant que tout est possible, les filles naissent en se demandant si tout est possible. Alors pendant que tu te construis, je veux te préserver le plus longtemps possible du monde extérieur. Mais je vois que la bulle se fissure déjà. « Est-ce que les mesdames peuvent aussi conduire des trains? » Mon dieu, ça y est. Malgré tous mes efforts, du haut de tes trois ans, tu doutes déjà de ce que nous avons le droit de faire. Misère.

Ma petite fille, tu conduiras des trains, tu dirigeras des armées et tu reconquerras la Prusse, si c’est ce que tu souhaites. Tu prendras la parole, même si on ne te la donne pas, tu rallieras ceux qui osent douter, et tu galvaniseras les foules, comme tu le fais si bien dans le salon avec ton duo de frères qui te suit dans toutes tes folies. Tu sauteras par-dessus les interdits et tu ne souffriras pas une seule injustice sans avoir tenté de la renverser. Fonce droit devant, même si les vents sont contraires. Je sais que tu arriveras toujours à tes fins. Tu as la rare détermination de ceux qui accomplissent de grandes choses. Et moi, j’ai le rare privilège de te tenir la main depuis le premier jour.

Également sur Planète F
Casse-tête et semaine de la relâche : transformons les milieux de travail Pour la plupart des familles québécoises, la première semaine de mars est un cauchemar organisationnel. Ils sont rares, les parents en congé durant la...
Passer les Fêtes à la maison… sans la famille élargie Le tourbillon des fêtes : souper par-ci, dîner par-là, échanges de cadeaux, réveillon.... Ce n’est pas toujours de tout repos. Et si on fêtait Noël en...
Surconsommation… pour les enfants Les enfants de nos jours ont de plus en plus de liberté par rapport aux achats de leurs parents. Les listes de cadeaux et les choix imposés font maint...
Pédagogie Waldorf : une doctrine religieuse ? Un sentiment rassurant a envahi Mélanie* (nom fictif) lorsque la mère de famille a visité l’École Rudolf-Steiner de Montréal. Les jouets en bois, l’im...
Lactivism: l’allaitement militant Un séisme a été déclenché dans le monde de l’allaitement depuis la sortie de l’essai Lactivism de Courtney Jung, professeure au Département de science...
Une semaine à l’honneur des pères Plus de 50 villes et arrondissements au Québec proposeront des activités et des initiatives aux citoyens à l’occasion de la quatrième Semaine Québécoi...

À propos de Catherine Mathys

Catherine Mathys est journaliste indépendante, animatrice, conceptrice, chroniqueure et reporter depuis plus d’une dizaine d’années. En 2010, elle se distingue aux Grands Prix du journalisme indépendant dans la catégorie reportage audio/vidéo. Quand elle n’est pas en congé de maternité, on la retrouve à La Sphère à la première chaîne de Radio-Canada. Mère de triplés, elle signe la chronique Famille Compte Triple où l’on suit les joies et tribulations de son charmant trio.

Commentaires

Laisser un commentaire