08
Nov
Garde partagée : des horaires sur mesure
Garde partagée : des horaires sur mesure

Quand je reçois des parents en médiation, la plupart du temps la rupture est très récente et les parents cohabitent toujours. Le sujet de premier ordre est évidemment la garde des enfants et l’installation d’une routine pour eux lorsque la cohabitation prendra fin.

Quand ils pensent à la garde partagée, les gens croient souvent à tort que l’alternance une semaine sur deux soit la seule possibilité. Or, les horaires de travail des parents sont loin de toujours permettre ce type de garde. Chez les professionnels de la santé, entre autres, cela peut devenir tout un casse-tête.

Le parent par défaut

L’idée est encore bien ancrée dans nos mœurs malgré des années de luttes féministes : la mère est encore considérée comme le parent phare de la famille. Souvent, la mère a été celle qui a été le plus présente auprès des enfants depuis leur naissance.

- partenaire -

La réaction des pères diffère grandement de celles des mères face aux problématiques d’horaires de travail. Il y a bien sûr des exceptions, mais je remarque une tendance très marquée pour les mères à changer de travail ou d’horaires et à diminuer le nombre d’heures travaillées malgré les impacts financiers à la baisse.

Quant aux pères, nombreux sont ceux qui tiennent pour acquis que la garde partagée est impossible à cause de leur horaire de travail. Toutefois, lorsque je leur présente différentes solutions, plusieurs d’entre eux sont surpris et prêts à revoir leur position.

À lire aussi : La nouvelle garde partagée

S’inspirer de ses pairs

Dans le monde de la construction, très masculin, le problème est souvent le quart de travail qui commence tôt le matin, souvent vers 6 ou 7 heures. En ajoutant à cela les longs déplacements parfois imposés vers le chantier, la garde partagée devient vite impossible aux yeux des pères.

Je demande aux pères travaillant sur la construction de parler avec leur patron et leurs collègues séparés. Lorsque les solutions viennent de gens qui vivent la même situation qu’eux, ils réalisent que des solutions auxquelles ils n’avaient pas pensé existent.

Parfois, les patrons sont très compréhensifs et vont même permettre un horaire allégé une semaine sur deux. Quand le patron est lui-même un père séparé, il va sans dire que la compréhension prend un tout autre sens!

À lire aussi : Conciliation au masculin

Des solutions à l’infini

Lorsque je fais face à des conflits d’horaire en médiation, j’aime bien dire aux parents que nous avons un éventail infini de solutions et que les seules limites que nous avons sont la question de l’intérêt des enfants et l’étendue de notre imagination.

Dans certains cas où les parents habitent à proximité, j’ai vu des enfants changer de maison tous les jours. Les matins avec maman et les soirs avec papa. Cette façon de fonctionner n’est pas habituelle, mais si l’enfant s’adapte bien et que les parents ont une bonne communication, ce modèle peut fonctionner.

Engager une gardienne pour les matins où l’on doit quitter la maison très tôt est une option envisagée par de nombreux parents. Il existe aussi des garderies aux horaires prolongés. Sans compter les grands-parents qui sont prêts à jouer le rôle de gardiens!

Les horaires de garde partagée alternatifs, où la semaine est morcelée, sont également très prisés par les familles aux horaires atypiques.

Bien sûr, il arrive que ces diverses solutions ne conviennent pas. Que le support familial soit absent, que l’emploi soit précaire et l’employeur peu conciliant, que le budget ne permette pas d’employer une gardienne. Lorsque les deux parents ont des horaires difficiles, l’un des deux parents doit parfois sacrifier son travail pour être présent auprès des enfants. Et il est malheureux, qu’en 2017, ce soit encore plus souvent la mère.

À lire aussi : Jamais sans ma fille... au parlement

Également sur Planète F
Les organismes communautaires des familles réclament une aide financière ré... Les intervenants qui viennent en aide aux familles québécoises espèrent que le 20 millions octroyé sur deux ans à leur organisme soit le point de dépa...
Parents-Secours: pour redonner confiance C'était jour de fête au parc Cedar Park Heights à Pointe-Claire. Le comité local de Parents-Secours est relancé après de nombreuses années d'inactivit...
Casse-tête et semaine de la relâche : transformons les milieux de travail Pour la plupart des familles québécoises, la première semaine de mars est un cauchemar organisationnel. Ils sont rares, les parents en congé durant la...
Médication: souvent nécessaire, rarement suffisante De nombreux préjugés entourent la prise de médicaments chez les enfants atteints de troubles mentaux. Même si des zones floues demeurent quant aux eff...
Les parents d’enfants à besoins particuliers se mobilisent Deux vidéos circulent ces jours-ci, dévoilant les visages de nombreux enfants à besoins particuliers. L’une d’elles présente des enfants ayant reçu un...
Lettre ouverte: Pendant qu’on achète des tablettes pour les écoles... Ce texte a été écrit et partagé par une jeune enseignante, dans un groupe sur les coupures en éducation en réaction à la déclaration du ministre de l'...

À propos de Marie-Ève Gagné

Avocate et médiatrice familiale, Marie-Eve Gagné représente ses clients avec des valeurs d'intégrité, de sincérité et d'écoute. Son dynamisme et son efficacité sont mis au profit de ses clients afin que ceux-ci atteignent leurs objectifs au moindre coût possible. Créative et rusée, les solutions les plus innovatrices sont envisagées au bénéfice de ses clients avec lesquels une communication authentique et sans barrière est toujours maintenue.

Commentaires

Laisser un commentaire