20
Août
Crédit Camille Lavoie
Quand fonder une famille ?
Quand fonder une famille ?

Cette question hante beaucoup de couples et… des scientifiques de l’Université Erasmus de Rotterdam. Ces chercheurs néerlandais ont mis au point un modèle informatique indiquant quand commencer à essayer de concevoir. Que vous vouliez un, deux ou trois enfants.

Leur algorithme s’appuie sur les données de fertilité naturelle collectées auprès de 58 000 femmes au cours des trois derniers siècles. Fait à noter : les scientifiques n’ont exploité que des données pré-1970 afin d’avoir la meilleure représentation de la fertilité d’une population encore peu encline à utiliser régulièrement des contraceptifs. Le modèle informatique se base aussi sur les résultats d’études mettant en évidence le déclin de la fertilité avec l’âge et les taux récents de réussite d’une fécondation in vitro.

Dans le tableau publié dans le journal Human Reproduction en juillet dernier, les auteurs présentent les principaux résultats obtenus grâce à leur modèle informatique. Le nombre d’enfants que vous désirez avoir, le mode de conception (avec ou sans fécondation in vitro) et les chances de réalisation y sont utilisés comme critères.

fonder une famille

Source : Human Reproduction

Par exemple, si un seul enfant suffit à combler vos désirs, le modèle informatique recommande de passer à l’action au plus tard à 32 ans (âge de la femme) pour avoir encore 90 % de chance de réaliser votre rêve sans passer par la fécondation in vitro (FIV). Pour un trio, l’âge maximal serait de 23 ans pour avoir les mêmes chances de succès. À 35 ans, vos chances seraient de 50-50.

Attention aux limitations

Évidemment, fonder une famille n’est pas aussi simple que la lecture de ce tableau. Les auteurs de l’étude en sont conscients. Au-delà de l’âge, d’autres facteurs influencent les décisions des futurs parents, que ce soit leur carrière professionnelle, la stabilité de leur couple ou encore les ressources disponibles pour les soins infantiles. Basé sur des moyennes, le modèle ne fait d’ailleurs pas de prédiction personnelle.

Interrogée sur l’étude dans les pages du New Scientist, la professeure Ulla Waldenström de l’Institut Karolinska à Stockholm en Suède rappelle que les jeunes adultes sont très optimistes quant à leur potentiel reproducteur et que l’espoir placé dans les techniques de reproduction humaine comme la FIV est grand. Trop grand peut-être. Contrairement à la croyance populaire, la FIV est loin de garantir une grossesse.

Adam Balen, président de la British Fertility Society, rappelle aussi justement que si les femmes ont plus de chance dans leur vingtaine d’avoir le nombre d’enfants souhaité, elles ont aussi plus de chances d’avoir des revenus inférieurs par rapport à celles qui ont enfanté plus tard. Selon lui, il faut s’assurer que les carrières de ces femmes ne seront pas pénalisées et que des structures adaptées seront en place pour que les jeunes couples puissent à la fois démarrer leurs activités professionnelles et fonder une famille. Pas une mince affaire.

 

Source : Human Reproduction, Realizing a desired family size: when should couples start? (15 juillet 2015)

Sur le même sujet : Maternité ajournée, un article sur la cryoconservation des ovules offerte aux femmes par les entreprises privées.

Votre abonnement permet à ce magazine d’exister!

À propos de Bruno Geoffroy

Ex-chimiste reconverti dans la distillation de mots. Alambiqués ou pas. Journaliste donc. Blogueur à temps perdu aussi. Bruno Geoffroy discute de santé, de science, de finance, d’alimentation et parfois du mariage incongru entre vin et littérature. Du dépistage du cancer de la prostate à la malbouffe en passant par les superbugs, rien ne l’effraie. Enfin presque… T.O.C. reconnus : Cinéphile compulsif et musicophage. En rémission.

Commentaires

  1. Sara

    « Selon lui, il faut s’assurer que les carrières de ses femmes… » : Il faudrait écrire « ces femmes », sinon ça indequerait que le Monsieur parle de ses multiples femmes… C’est rigolo, hihihi 🙂

Laisser un commentaire