26
Oct
Vivre en ville et en famille
Vivre en ville et en famille

Pas toujours facile pour les familles de vivre la vie métropolitaine. Plusieurs font pourtant de plus en plus le choix de s’installer et de faire son nid en ville. Mais des défis sont à prévoir. Vivre en famille au coeur de la ville, un livre sorti en octobre dernier, fait état de ces difficultés.

Jean-Philippe Meloche et Juan Torres, professeurs d’urbanisme et d’architecture de paysage à l’Université de Montréal, partageaient un même projet. L’idée de publier un livre, sur les difficultés de la vie en ville pour une famille, est venue en 2012. Convoqués à une audience en tant que commissaires pour conseiller dans les démarches d’urbanisation de la ville, ils en étaient venus à certaines réflexions.

Force leur était d’admettre qu’il y avait beaucoup de contenu sur le sujet. Pères et vivant eux-mêmes dans le quartier Côte-des-Neiges à Montréal, ils comprenaient d’autant plus la réalité parfois ardue de la vie familiale en ville. Ce livre propose une belle harmonie entre les écrits de différents auteurs. Des universitaires en architectures et en urbanisation ainsi que des professionnels étalent leurs recherches et leurs points de vue sur les enjeux de la vie familiale en ville.

À lire aussi: Comment se déplacent les familles?

Vivre en ville, pour et contre

Le livre, Vivre en famille au coeur de la ville, explique qu’il y aurait présentement un mouvement sociologique vers les villes. Selon M. Meloche et M. Torres, ce serait plus populaire et à la mode de s’installer sur l’île. « Montréal est une pépinière d’enfants », répètent les auteurs à plusieurs moments dans le livre. Selon les deux professeurs, la ville serait l’endroit où les couples se forment. Autrefois, les jeunes se rencontraient à l’université et disparaissaient dans les banlieues. Aujourd’hui, il y aurait un changement de mentalité qui garderait les jeunes dans la métropole.

Il n’est pas surprenant que ce qui attire les familles à Montréal, ce soit principalement son caractère accessible. Être installé sur l’île est un atout pour les travailleurs qui n’ont pas à endurer le trafic interminable matin et soir. Le transport en commun convivial et à la proximité des demeures est plutôt convaincant. Les couleurs propres à chaque quartier, les parcs, les commerces et les activités charment de nombreuses familles.

Toutefois, Montréal n’est pas une ville qui a été aménagée en considérant les besoins des familles. Ceci peut créer parfois certains irritants. Le livre aborde en particulier le problème de la troisième chambre. Il se trouve qu’à Montréal les familles sont en quête d’un logement où il y a trois chambres. Celle-ci étant très rare puisque les condos et appartements se préoccupent surtout de plaire à leur public cible : les jeunes professionnels célibataires. Les familles se sentent écartées du marché et doivent constamment faire des compromis. Les prix exorbitants pour l’achat d’une propriété en sont un bon exemple.

À lire aussi: Marcher à l'école en toute sécurité

Les réactions des lecteurs

Lors d’un dîner de discussions et d’échanges sur livre, les lecteurs étaient unanimes. Autour de la table, tous partageaient des commentaires appréciatifs. Vivre en famille au coeur de la ville captive du début jusqu’à la fin. De toute évidence, c’est un sujet qui touche beaucoup de gens de différents milieux. Des représentants de la ville, de l’immobilier, de la santé publique, des mères de famille, tous étaient venus pour participer à l’échange d’opinions.

Également sur Planète F
Football et commotions cérébrales LAISSER JOUER, LA CONSCIENCE TRANQUILLE? Des millions de salons vont vibrer, d’ici quelques jours, au rythme des chocs et des rebondissements du Supe...
Cadeaux de Noël : faire d’une pierre deux coups Transformer vos achats des fêtes en contribution à une cause qui vous tient à coeur, c’est possible. Voici 5 façons de donner au suivant en achetant v...
Palmarès de livres: Vive l’apprentissage! Bisous, à table ! Mamaaan ! 5 ans et plus Une multitude de réponses à des questions sur l’identité et la famille qui font partie de l’enfance. Un ...
La course au financement des organismes intergénérationnels Au deuxième étage de la Maison de Grands-Parents de Villeray, Véronique Dorison, 70 ans, berce Lena, trois mois. Plusieurs fois par semaine, cette fem...
Lettre ouverte: Un débat s’impose sur les droits en santé mentale Cette lettre est signée par Hélène Fradet, directrice générale de la Fédération des familles et amis de la personne atteinte de maladie mentale (FFAPA...
Dix raisons de jouer ou non aux jeux vidéo À force de voir votre enfant s’enfermer avec sa console de jeu, vous risquez de vous demander si c’est vraiment une bonne idée de le laisser jouer ain...

Commentaires

Laisser un commentaire