23
Avr
Un doctorat sur les violences obstétricales
Un doctorat sur les violences obstétricales

Le concept de « violences obstétricales » circule surtout dans les milieux militants, mais n’est pas toujours reconnu par le milieu médical. C’est le sujet que fouille Stéphanie St-Amant, chercheuse en périnatalité depuis près de 20 ans, et fervente militante de l’accouchement naturel. Dans sa thèse de doctorat, elle tente de démontrer de quelle manière le milieu obstétrical est devenu un environnement où des abus sont possibles. Planète F : Vous êtes l’une des rares spécialistes du concept de violences obstétricales au Québec….

Réservé aux abonnés!

La suite de cet article est réservé aux abonnés. Procurez-vous un abonnement et accédez à tout le contenu du magazine dès maintenant!

Lire la suite …

- Annonce -

Également sur Planète F
La course au financement des organismes intergénérationnels Au deuxième étage de la Maison de Grands-Parents de Villeray, Véronique Dorison, 70 ans, berce Lena, trois mois. Plusieurs fois par semaine, cette fem...
La première Grande semaine des tout-petits En cette Journée mondiale de l'enfance débute la Grande semaine des tout-petits. Cette première édition de cette semaine est pilotée par la Fondation ...
Parents du monde – Côte d’Ivoire Cette chronique est une incursion dans le quotidien de parents d’un peu partout sur la planète. Comment se vivent la naissance, l’allaitement et la di...
La leçon du Centre Hanen Le Centre Hanen est spécialisé en troubles du langage. Leurs résultats sont étonnants et leurs méthodes innovantes. Dans le monde entier, on trouve de...
Qui s’occupe de santé maternelle? Notre dossier sur les abus dans la salle d'accouchement pose des questions sur la nécessité de certaines interventions obstétricales. Les données p...
Familles grandeur nature Un congé qui rime avec farniente ? Très peu pour eux. Ces vacanciers sont Vikings ou soldats de Nouvelle-France, tous des parents avec une âme d’avent...

À propos de Sarah Poulin-Chartrand

Cofondatrice de Planète F, Sarah s’intéresse de près aux sujets qui touchent la famille, la condition des femmes et les minorités sexuelles. Elle a également un intérêt marqué pour la santé, les sciences et l’éducation.