22
Avr
La césarienne pour augmenter les revenus des médecins?
La césarienne pour augmenter les revenus des médecins?

Des études aux États-Unis démontrent que des médecins sont attirés davantage vers les interventions obstétricales, dont la césarienne, pour des raisons pécuniaires. Est-ce possible au Québec?

En obstétrique, une intervention en entraîne souvent une autre et c’est pourquoi on parle de « cascade d’interventions » : la rupture des membranes, l’induction ou même la péridurale sont toutes des interventions qui sont susceptibles d’en entraîner d’autres, y compris le recours à la césarienne. Or, tous ces actes sont rémunérés à la pièce au Québec. Se peut-il que le mode de rémunération encourage le recours à la césarienne?

- partenaire -

Réservé aux abonnés!

La suite de cet article est réservé aux abonnés. Procurez-vous un abonnement et accédez à tout le contenu du magazine dès maintenant!

Également sur Planète F
Des logements familiaux rares et chers La crise du logement de l’an 2000 est bel et bien terminée… sauf pour les familles. Au Québec, trouver un logement est un véritable défi pour les coup...
Mortalité infantile : le poids la mère dans la balance Selon une étude publiée dans le British Medical Journal, le risque de mortalité infantile augmente parmi les femmes qui sont obèses avant et pendant l...
Édito: Pour la génération future J'ai grandi là où le fleuve devient mer et j'en ai un attachement profond. La nature que nous léguons à nos enfants est-elle déjà malade? Dans quel mo...
L’inacceptable vulnérabilité Quatre Québécois sur cinq trouvent inacceptable le nombre d'enfants vulnérables qui débutent la maternelle. C’est la grande conclusion que tire l’Obse...
Vaincre l’anxiété chez les enfants ! Les enfants anxieux sont des enfants perfectionnistes et qui ont de l’imagination à revendre. Devant une salle pleine à craquer, Sonia Lupien, direct...
Qui va s’occuper de Médrick? Trouver une place dans un service de garde, au Québec, relève souvent de la course à obstacles. Il faut être persévérant, débrouillard, créatif. Lorsq...

À propos de Mariève Paradis

Éditrice et cofondatrice, Mariève est journaliste indépendante depuis 2005. Elle travaille sur plusieurs plateformes (web, magazines, hebdomadaires, radio et télévision). Elle cumule deux prix en journalisme, la Bourse Fernand-Seguin en vulgarisation scientifique et la Bourse en journalisme des Instituts de recherche en santé du Canada qui lui a permis de faire des reportages au Nunavik et au Groenland en 2012.