25
Fév
Maths, géographie… et consentement
Maths, géographie… et consentement

Si la notion de consentement, le respect et la confiance en soi, en général, s’apprennent beaucoup au sein de la cellule familiale, l’école aussi a un rôle à jouer quand vient le temps d’aborder ces questions en lien direct avec la sexualité. Ne serait-ce que parce que les messages et les modèles ne sont pas clairs ou adéquats dans toutes les familles.

En Ontario, le tout nouveau programme d’éducation sexuelle pour les jeunes de 7e à 12e année (l’équivalent du secondaire au Québec) fait d’ailleurs une place importante au thème du consentement. En réaction au dévoilement du programme, la Dre Miriam Kaufman, directrice de la médecine pour adolescent de l’Hôpital pour enfants de Toronto, s’en est réjouie, expliquant à la CBC que les parents ne sont pas toujours très à l’aise pour parler de sexualité à leurs enfants. Elle-même (qui a écrit des livres, conseillé les parents et enseigné à ce sujet) admet n’avoir pas été brillante dans sa façon d’en parler avec ses propres enfants…

Pour la professeure au département de sexologie de l’UQAM Francine Duquet, les adultes qui côtoient les jeunes à l’école sont en bonne position pour les faire réfléchir à la notion de consentement – et ont le devoir d’en profiter. Or, même en milieu scolaire, « on n’est pas bon là-dedans! », croit-elle.

« C’est qu’on n’arrive pas toujours à être assez concret », déplore la spécialiste, auteure du document de référence du ministère de l’Éducation en matière d’éducation sexuelle, depuis la réforme. Or, dit-elle, il est essentiel d’être explicite, d’avoir recours à des mises en situation qui correspondent à leur vie, si l’on veut amener aux jeunes à réfléchir sérieusement.

Pour aider les intervenants, la sexologue a conçu « Oser être soi-même », un guide d’outils didactiques en éducation à la sexualité. Certains ateliers abordent spécifiquement la notion de consentement.

Et ils sont on-ne-peut-plus concret, basés sur des mises en situation qui n’ont rien de fleur bleue. Aux élèves de secondaire 3, par exemple, on propose ceci : « Lors d’un party chez votre meilleure amie, vous l’apercevez, visiblement saoule, entrer dans sa chambre avec un gars qu’elle connaît à peine. » On suscite ensuite la discussion, la réflexion : « Cette situation m’embarrasse parce que… »; « Je pense que mon amie fait ce geste parce que… »; « Si je ne réagis pas… »; « Si je réagis… ».

Le guide sert en milieu scolaire, mais peut être très utile pour des parents, croit son auteure, qui le rend disponible gratuitement ici.

En Ontario, certains parents ont justement dénoncé le caractère explicite des sujets que le nouveau programme compte aborder avec les adolescents. Ils ont notamment été choqués qu’on parle de consentement sexuel de mineurs.

Des intervenants soufflent que c’est peut-être auprès des ados de ces familles où le sujet est tabou que l’école a un rôle particulièrement important à jouer.

Sur le même sujet: Le consentement, ça s’apprend quand?

Vous aimez Planète F? Abonnez-vous pour accéder à tout le contenu!

Dossier Éducation sexuelle: trop peu trop tard?

Un cours de sexualité clé en main

Math, géographie… et consentement

Questions d’ados

L’éducation sexuelle à l’ère de la réforme

Et le plaisir dans tout ça?

Parler sexe en Inuktitut

Le consentement, ça s’apprend quand?

La virginité est-elle un mythe?

Quand la porno s’invite dans l’enfance

L’éducation sexuelle… dès le CPE!

Également sur Planète F
S’exiler pour performer Assise sur le bout du lit d’une chambre d’hôtel de Québec, Kayla Couturier colle ses parents avant leur départ. La basketteuse abitibienne de 13 ans n...
Petit train va loin : l’expertise québécoise en France L’expertise du Québec en petite enfance est accueillie à Saint-Malo cette semaine. Un train qui souhaite aller à la rencontre des parents et des inter...
Féministes, les adolescentes? « Je suis devenue féministe quand je me suis rendu compte de la différence de ce qu’on exige des filles et des garçons, à l’école et à la maison », co...
Les garderies en plein air font des petits québécois Mouvement bien implanté en Allemagne et en Scandinavie, les garderies en nature (waldkindergarten) séduisent le Québec, terre fertile au concept. Incu...
Casse-tête et semaine de la relâche : transformons les milieux de travail Pour la plupart des familles québécoises, la première semaine de mars est un cauchemar organisationnel. Ils sont rares, les parents en congé durant la...
Les violences obstétricales sous la loupe Accoucher. Il s’agit sans doute de l’acte le plus naturel au monde. Pourtant, de plus en plus d’associations et de regroupements militent pour le droi...

À propos de Jean François Bouthillette

Jean François Bouthillette est journaliste et chroniqueur à Radio-Canada depuis 10 ans. Des nouvelles aux affaires publiques, il s’est surtout intéressé à la santé et à la science, notamment aux Années lumière, à Entrez pour voir et dans divers magazines d’actualité à la radio (le 15-18, l’Heure du monde, les Éclaireurs, la Tête ailleurs). Avec ou sans micro, il est toujours équipé d’un esprit critique aiguisé et de photos de ses enfants. Il a beaucoup voyagé, reçu des prix de reportage et décroché des diplômes, mais c’est de sa famille qu’il est le plus fier.

Commentaires

  1. L'histoire controversée de l'éducation sexuelle - Planète F

    […] Math, géographie… et consentement – accès libre […]

Laisser un commentaire