24
Fév
L’éducation sexuelle à l’ère de la réforme
L’éducation sexuelle à l’ère de la réforme

En 2003, le cours de formation personnelle et sociale (F.P.S) était aboli pour faire davantage de place aux cours de base comme le français et les mathématiques, dans le cadre de la réforme. Il devait y avoir une approche transversale des notions de sexualité… mais qu’en est-il vraiment dans les écoles du Québec ?

 

Inégal. C’est le mot qui vient sur les lèvres de beaucoup d’enseignants, du primaire comme du secondaire au sujet de l’éducation sexuelle depuis la réforme. En retirant les cours de F.P.S au secondaire, l’éducation sexuelle devenait un sujet à intégrer pour tous les enseignants, de toutes les matières. Un enseignant en histoire aurait pu faire un projet de groupe sur la beauté à travers l’histoire. Dans le cours de science et technologie, les élèves auraient pu analyser le rôle des hormones sexuelles sur la croissance. En français, décoder les messages des graffitis présents à l’école… Bref, ce devait être l’affaire de tout le monde. Et c’est devenu l’affaire de personne.

Réservé aux abonnés!

La suite de cet article est réservé aux abonnés. Procurez-vous un abonnement et accédez à tout le contenu du magazine dès maintenant!

Également sur Planète F
Parent à Séoul, en Corée du Sud Cette chronique est une incursion dans le quotidien de parents d’un peu partout sur la planète. Comment se vivent la naissance, l’allaitement et la di...
Regard historique sur l’accouchement au Québec   Important. C’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit en refermant Histoire de l'accouchement dans un Québec moderne. D’abord, impor...
L’inquiétude, le labeur des mères? Elles sont nombreuses à garder les cartes d’assurance-maladie dans leur porte-monnaie, à gérer l'agenda familial et se charger de la planification des...
Les parents pauvres de l’allaitement C’est le super-aliment des nourrissons, et il ne coûte pas un rond. Pourtant, plusieurs petits Québécois de milieux défavorisés ne goûteront jamais au...
Noël entre les murs d’une prison Devoir célébrer Noël loin de ses proches peut se révéler une triste expérience. Mais quand ce sont des barreaux de prison qui séparent les familles, l...
Les garçons aussi ont le droit de pleurer « Les garçons aiment le soccer », « Les hommes sont forts », « Un gars, ça ne pleure pas ! ». Les clichés masculins mènent encore la vie dure aux garç...

À propos de Mariève Paradis

Éditrice et cofondatrice, Mariève est journaliste indépendante depuis 2005. Elle travaille sur plusieurs plateformes (web, magazines, hebdomadaires, radio et télévision). Elle cumule deux prix en journalisme, la Bourse Fernand-Seguin en vulgarisation scientifique et la Bourse en journalisme des Instituts de recherche en santé du Canada qui lui a permis de faire des reportages au Nunavik et au Groenland en 2012.