23
Jan
Papa cherche réseau social
Papa cherche réseau social

Ne se contentant plus d’être simple pourvoyeur, le papa 2.0 souhaite s’investir dans l’éducation et le développement de ses enfants. Or, avec cet engagement, vient un besoin d’échange et de partage. Et si le manque de réseau était un enjeu pour la santé mentale des pères? 

Manuel Prats, coordonnateur du réseau des maisons Oxygène et chargé de projet pour le Regroupement de valorisation de la paternité, croit que oui. « Quand on parle de devenir parent, on parle beaucoup de la mère, peu du père », constate-t-il. Pourtant, le congé de paternité est de plus en plus populaire. Le nombre de pères qui revendiquent la garde partagée en cas de séparation ne cesse d’augmenter et on voit davantage de familles monoparentales composées de pères.

Or, bien que les pères soient beaucoup plus présents dans la dynamique familiale, les services offerts ne sont pas toujours adaptés, et peu de ressources existent pour les soutenir, affirme Manuel Prats. « Ça bouscule aussi les habitudes des intervenants, qui ont depuis toujours évolué autour de la maternité. »

- partenaire -
À lire aussi: Le père n'est pas une mère comme les autres

« Il y a quelques décennies, on a demandé aux pères de s’engager précocement auprès de leurs enfants. La plupart d’entre eux ont répondu à l’invitation, et c’est assez unique dans l’Histoire », affirme pour sa part Carl Lacharité, professeur au département de psychologique à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Or, ce que la plupart n’ont pas réalisé, c’est tout ce que ça impliquait en terme de charge mentale. « Le niveau de complexité pour développer le côté psychologique de la paternité est important. Il faut être soutenu d’une multitude de manières », continue-t-il.

À lire aussi: L'inquiétude, le labeur des mères?

Réservé aux abonnés!

La suite de cet article est réservé aux abonnés. Procurez-vous un abonnement et accédez à tout le contenu du magazine dès maintenant!

Également sur Planète F
Garçons et école : la difficile équation Au Québec, un garçon sur trois quitte l'école secondaire sans obtenir de diplôme, contre une fille sur cinq. Pourquoi les garçons sont-ils plus nombre...
La désintox des nouveaux-nés Pendant que des femmes se demandent si elles se priveront ou non de sushis, d’œufs coulants ou de fromages au lait cru durant leur grossesse, d’autres...
Les hauts et les bas de la transparentalité Le modèle de la famille traditionnelle est une fois de plus mis au rancart dans le documentaire Parents transgenres (2014). Inspiré par sa propre tran...
Génération en réseaux Bien avant Google, Facebook ou Twitter, YouTube est le site préféré des adolescents. Mais contrairement à leurs aînés, ils l’utilisent d’une tout autr...
D’où vient la Fête des Mères? « Rien ne vaut une douce maman », disait Tolstoï. Cette image romantique de la mère et de la relation avec son enfant est célébrée partout cette semai...
La non-scolarisation, prochaine révolution éducative au Québec? Marginal, le unschooling? Certes. Mais, le mouvement éducatif est en marche, croit la sociologue et anthropologue québécoise Marike Reid-Gaudet. En se...

À propos de Takwa Souissi

Takwa Souissi est juriste de formation, journaliste de passion et maman de vocation. Elle contribue notamment à la Gazette des femmes, au journal Métro, Le Devoir et Wixx Mag. Tout sujet qui s'approche de près ou de loin à la parentalité la fascine.