03
Sep
Quand le web rassemble les parents
Quand le web rassemble les parents

Il n’est pas toujours facile pour les parents d’enfants différents de trouver l’aide dont ils ont besoin. Avec un système de santé publique à court de ressources et un réseau privé qui n’est pas accessible à tous, c’est plutôt sur le web que ces parents trouvent leur compte.

Le web les rassemble, leur permet de se sentir appuyés et moins seuls dans leurs démarches. Et surtout, ils parlent d’une seule voix pour se faire entendre.

Pour Magalie Lebrun, tout a commencé après que sa fille Mélodie, alors âgée de 5 ans, a reçu un diagnostic de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Il s’en est suivi une longue spirale. « Le diagnostic vient avec une grosse charge émotive. En tant que parent, on sait que ce moment marque l’avant et l’après d’une situation qui ne sera plus la même. Et je sentais que je n’avais ni les ressources ni les compétences nécessaires », dit-elle.

- partenaire -

Magalie a fait alors ni un ni deux et elle a décidé de partir direction la bibliothèque, avec les enfants (Mélodie et Mathis, qui n’était encore alors qu’un bébé) et le diagnostic écrit sur papier en main. « J’avais une urgence de comprendre, d’expliquer l’inexplicable. Cette journée-là, je crois avoir emprunté tous les livres qui existaient au sujet du TDAH. Les gens ont dû me trouver folle ! » raconte-t-elle.

Ce diagnostic aura non seulement changé la vie de maman de Magalie, mais cela aura aussi marqué une réorientation dans sa carrière. Diplômée au collégial en Technique d’éducation en service de garde et en Soutien pédagogique à l’université, Magalie se décrit comme une personne vers qui les gens ont toujours aimé se tourner pour trouver des réponses afin d’améliorer leur quotidien. « Mes enfants (Mathis sera lui aussi plus tard diagnostiqué avec un trouble du spectre de l’autisme [TSA] et d’un TDAH) ont été ma barque, je me suis simplement laissée guider », mentionne Magalie.

Du support au bout du clavier

La même année où sa fille reçue son diagnostic de TDAH, Magalie Lebrun fondait quelque temps plus tard sa propre entreprise, Les ateliers main dans la main. La mission se résume en trois mots, soit « écoute », « respect » et « action », particulièrement pour aider les parents d’enfants à besoins particuliers. Elle affiche chroniques, capsules et horaire d’ateliers de formation sur son site web.   

« Ça peut être épeurant le web », lance Magalie, qui s’est elle-même fait prendre au jeu. Effectivement, taper « TDAH » dans Google peut nous donner toutes sortes de résultats, comme des solutions miracles de guérison à base d’huiles essentielles.

L’aventure dure depuis déjà six ans pour Magalie. Entre temps, elle s’est perfectionnée en suivant une formation d’un an en Programmation Neuro Linguistique et qu’une autre en Coaching familial. « J’ai eu ma phase “j’ai échoué”. J’ai appris à vivre avec les diagnostics de mes enfants. Je me suis ressaisie et j’ai reconnu mes compétences professionnelles. Aujourd’hui, j’aide les autres parents à s’en sortir. C’est même comme une forme de thérapie pour moi », soutient celle qui donne aussi du coaching à distance, puisque le web permet de surmonter les barrières physiques.

À lire dans les prochaines pages:

Une vitrine pour les entreprises et les organisations

Bloguer pour… sauver sa vie

Quand le web, c’est trop

Parler d’une seule voix

Lire la suite …

Également sur Planète F
Famille compte triple – H., le cadet de mes triplés Pour lire la chronique précédente de Famille compte triple: A, l'aîné de mes triplés J’ai bien failli manquer ton arrivée. La minute qui venait de pa...
La petite école franco du Labrador Happy Valley-Goose Bay, au Nord-Est du Labrador. La ville compte moins de 1% de francophones. La minuscule École Boréale y assure le seul enseignement...
Allaitement et QI élevé vont-ils de pair? À en croire des chercheurs anglais, nourrir votre enfant au sein ne le rendra pas plus intelligent qu’un enfant élevé au biberon. Publié dans le journ...
Édito : de quoi avons-nous besoin ? J’ai une idée incroyable d’investissement rentable pour nous, les Québécois. Si je vous disais qu’en y mettant les sous, il serait possible d’anéantir...
Le manque de sommeil des ados, un boulet à l’école Hyper occupés, branchés jusque dans leur lit, dévorés par leur vie sociale, aux prises avec leurs bouleversements hormonaux, les adolescents manquent ...
Pourquoi un dossier peur? Depuis déjà plusieurs mois, le comité de rédaction accumulait les articles sur le thème de la peur. Voici les articles les plus intéressants que nous ...

À propos de Marie-Eve Cloutier

Malgré une formation en biologie, Marie-Eve Cloutier n’a jamais travaillé dans un laboratoire. Passionnée par la communication, elle s’est plutôt tournée immédiatement vers le journalisme qu’elle pratique maintenant depuis 5 ans. En tant que pigiste, elle vulgarise la science avec l’Agence Science-Presse, touche à tous les sujets à l’échelle hyperlocale lorsqu’elle collabore avec Le Journal de Mercier-Est sur Pamplemousse.ca, en plus de faire des chroniques hebdomadaires sur l’environnement à l’émission Libre-service, sur MATv Montréal. Marie-Eve n’a peut-être pas encore d’enfant, mais elle s’intéresse grandement aux enjeux reliés à la famille et à l’éducation, idée d’être prête le moment venu!

Commentaires

Laisser un commentaire