05
Mar
Féministes, les adolescentes?
Féministes, les adolescentes?

« Je suis devenue féministe quand je me suis rendu compte de la différence de ce qu’on exige des filles et des garçons, à l’école et à la maison », confie Manon, 16 ans.

D’après le sondage publié par le magazine Curium en janvier 2018, 48 % des jeunes Québécois de 14 à 17 ans se disent féministes, tandis qu’un tiers préfère ne pas se prononcer.

Cet engagement plutôt hésitant s’expliquerait-il par la connotation du mot « féminisme », encore synonyme de militantisme radical pour plusieurs aujourd’hui? Décryptage auprès des experts et, bien sûr, des principaux intéressés : les ados.

Des féministes en devenir

Pour Marianne Girard, chroniqueuse et rédactrice en chef du magazine Cool, le mot « féminisme » revient plus souvent que par le passé dans la bouche des adolescentes. Selon elle, les jeunes filles sont pourtant confrontées à des aspirations contradictoires : elles parlent de « girl power » et de leur fierté d’être des filles, tout en restant soumises au désir de plaire, quantifié par des « j’aime » sur les réseaux sociaux.

Réservé aux abonnés!

La suite de cet article est réservé aux abonnés. Procurez-vous un abonnement et accédez à tout le contenu du magazine dès maintenant!

Également sur Planète F
Les nouvelles qui font peur Vous souvenez-vous des histoires de peur qu'on se racontait, enfant? La lampe de poche pointée vers le visage, on narrait d'une voix grave des légende...
Garderie privée en milieu familial : une flexibilité pour des parents Les éducatrices propriétaires de milieu de garde familial privé ont manifesté dimanche à Sherbrooke, Québec et Ottawa contre le projet de loi 143. Ell...
Trente ans de services de garde Les services de garde ont beaucoup évolué dans les trente dernières années. Comment en sommes-nous arrivés là? Janvier 1997 : Pauline Marois annonce ...
Bouger au service de garde Une pause pour bouger après l’école, ça peut faire toute la différence. « Mon service de garde physiquement actif » donne des outils aux éducatrices ...
Grandir entre deux sociétés distinctes Au téléphone, le ton de l’éducatrice de la garderie est lapidaire. « Ce bambin, il est tout le temps en train de frapper les autres. Ses parents ne sa...
Au profit de la qualité On apprenait dans La Presse que le gouvernement souhaite couper 120 millions au budget des garderies subventionnées et des CPE l’an prochain. Les acte...