04
Avr
Apprendre à se parler
Apprendre à se parler

Depuis 2013 sur la réserve de Nutashkuan, 10 familles innues ont appris à mieux se parler. C’est à croire que le programme « S’écouter les uns les autres » parents-enfants, développé et adapté par McGill, le CSSS Tshukuminu Kanani et la communauté autochtone, a su délier les langues.

En 2013, un appel à projet atterrit sur le bureau de Chanelle Laberge, responsable des services de première ligne au CSSS Tshukuminu Kanani. Situé à deux kilomètres de Natashquan et à une cinquantaine de kilomètres de la fin de la 138 sur la Côte-Nord, le dispensaire de Nutashkuan est réputé pour son dynamisme. La proposition de partenariat n’est donc pas tombée dans l’oreille d’une sourde.

En bref, les familles devaient assister à une quinzaine d’ateliers pédagogiques de deux heures étalés sur quelques semaines. L’originalité de l’approche ? Les parents et leurs enfants participaient ensemble aux activités interactives.

À la lecture du manuel détaillé du programme, Chanelle Laberge embarque et, avec elle, les services de première ligne du CSSS. Ils sont disposés à mettre des fonds additionnels à ceux proposés par McGill, partenaires du projet. « C’est un programme qui a donné des résultats. Ça valait le coup d’y mettre un peu plus de sous », estime-t-elle.

Le programme subventionné par l’Agence de la santé publique du Canada à partir de 2011 a été introduit au Canada après avoir fait ses preuves aux États-Unis. « Il a parcouru tout un chemin avant de se retrouver entre nos mains », souligne Chanelle Laberge. C’est pourquoi elle et son équipe des services sociaux ont dû adapter les ateliers à la réalité de la communauté de Nutashkuan.

Réservé aux abonnés!

La suite de cet article est réservé aux abonnés. Procurez-vous un abonnement et accédez à tout le contenu du magazine dès maintenant!

Également sur Planète F
Le CPE Tortue Têtue: un CPE pas comme les autres… Dès qu’on entre au CPE Tortue Têtue, on sent qu’il n’est pas comme les autres. On y est accueilli dans une lumineuse aire ouverte… Visite du petit der...
La performance vue par… un papa olympien Olympien aux Jeux de Sidney en 2000 aux épreuves de canot, Maxime Boilard est maintenant entrepreneur et père de deux enfants âgés de quatre et six an...
Famille compte triple – A, l’aîné de mes triplés Pour lire la chronique précédente de Famille compte triple : Corona et crème glacée Mon aîné. Mon premier enfant. Tu es né une pleine minute avant le...
Grandir entre deux sociétés distinctes Au téléphone, le ton de l’éducatrice de la garderie est lapidaire. « Ce bambin, il est tout le temps en train de frapper les autres. Ses parents ne sa...
Mon fils d’amour… et dangereux La scène du film Mommy de Xavier Dolan, où la mère, jouée par Anne Dorval, conduit son fils dans une institution, est poignante, déchirante. Ce film s...
L’intelligence artificielle pour informer les parents S’informer, ça prend du temps, surtout pour la santé. Surtout dans un domaine encore mal connu, qui touche parfois ses proches. Et les portes ne sont ...