20
Sep
L’école alternative, et après?
L’école alternative, et après?

Les parents qui s’intéressent à l’école alternative se butent souvent à un manque d’information. Si l’idée séduit en théorie, elle effraie souvent en pratique. Comment y enseigne-t-on ? Comment les enfants se débrouillent-ils après l’alternative, une fois « dans le vrai monde » ?

L’école alternative inspire, c’est indéniable. Partout au Québec, les demandes foisonnent pour ce type d’école qui sort des sentiers battus. Dans les dernières années, à Montréal seulement, une vingtaine de nouveaux projets ont été soumis. Quelques-uns d’entre eux ont déjà abouti. On n’avait pas vu un tel intérêt pour l’alternatif depuis les années 70.


L’école alternative en bref

  • Les écoles alternatives sont des écoles publiques intégrées aux commissions scolaires du Québec.
  • Elles sont basées sur l’idée d’une communauté où les parents, élèves et enseignants sont des co-éducateurs. Ces écoles requièrent d’ailleurs une participation active des parents à l’école, à raison de quelques heures par mois.
  • L’école alternative ne valorise pas les évaluations chiffrées. L’enfant apprend à son rythme, et peut avancer plus rapidement ou plus lentement que les autres.
  • Les classes sont souvent multi-âge, et on invite les plus vieux à aider les plus jeunes.
À lire aussi: Au-delà de l'école alternative

Riham Ahmed s’est posée des questions quand elle a commencé à faire des recherches pour l’école de son fils. Chargée de cours à l’Université Concordia, la jeune mère avait sérieusement considéré l’école à la maison avant de découvrir l’école alternative. Elle s’avère le meilleur des deux mondes. « Pour moi, c’était comme trouver un trésor », se souvient-elle. « Si les valeurs étaient claires et partagées, le fonctionnement du système était beaucoup plus nébuleux », raconte Riham Ahmed.

- partenaire -

Réservé aux abonnés!

La suite de cet article est réservé aux abonnés. Procurez-vous un abonnement et accédez à tout le contenu du magazine dès maintenant!

Également sur Planète F
Sage-femme: une profession en évolution? Le YoniFest était l’occasion de réfléchir, non seulement sur la naissance, mais aussi sur la profession de sage-femme. La profession est-elle mûre pou...
Vers une reconnaissance de l’adoption coutumière pour les Autochtones... Dans les milieux autochtones, les enfants peuvent changer de famille de façon informelle lorsque la situation familiale l'exige. Cette adoption coutum...
Désolé pour Bruxelles Le 22 mars 2016, Bruxelles a été frappé de plein fouet par le terrorisme. Deux explosions à l'aéroport, dans le hall d'entrée. Une explosion dans le m...
Qui va s’occuper de Médrick? Trouver une place dans un service de garde, au Québec, relève souvent de la course à obstacles. Il faut être persévérant, débrouillard, créatif. Lorsq...
Familles grandeur nature Un congé qui rime avec farniente ? Très peu pour eux. Ces vacanciers sont Vikings ou soldats de Nouvelle-France, tous des parents avec une âme d’avent...
Regretter d’être mère, un aveu compliqué La maternité comme accomplissement en tant que femme est une image encore bien répandue dans le monde. Pourtant, ce n’est pas une source de bonheur po...

À propos de Takwa Souissi

Takwa Souissi est juriste de formation, journaliste de passion et maman de vocation. Elle contribue notamment à la Gazette des femmes, au journal Métro, Le Devoir et Wixx Mag. Tout sujet qui s'approche de près ou de loin à la parentalité la fascine.